Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 15:20

SOURCE https://www.youtube.com/channel/UC5-ruhXjIuA_u2mofo5u6cQ

Repost 0
Published by worldwidepress - dans UKRAINE
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 15:20

Обретя независимость впервые в ее нынешних границах в 1991 году, Украина изо всех сил пытается построить национальное государство. За “социальным антагонизмом”, унаследованным ее историей и географическим положением, последуют конфессиональные, языковые и политические конфликты.
Построить такое национальное государство не является самым сложным этапом, а вот достичь сплоченности нации является задачей гораздо более сложной.
Как геополитический термин, национальное государство – “это политическая форма, в которой государство отождествляет себя с нацией и гарантирует ее сплоченность, под которой подразумевается ее общее зарождение и происхождение”.


Бурная история и неоднократные изменения границ


Нашествие кочевых народов из Средней Азии, в частности курганцев (V и II тысячелетия до н.э.), осажденных киммерийцами (I тысячелетие – 700 год до н.э.) и скифами (до 339 г. до н.э.), сменилось впоследствии вторжением поселившихся на побережье Черного моря греческих колоний (V век). После  уничтожения последних гуннами, Римская и Византийская империи завоевывают в свою очередь эту область Причерноморья (между V и XVв.в.) .
В VII веке славянские племена, пришедшие с севера, расположились на берегах Днепра и Буга. Варяги, викинги из Швеции,  объединились с этим славянским народом, приняв его язык – праславянский, внеся свои социально–политические особенности. Князь Вещий Олег, прогнав хазаров (туркоязычный полукочевой народ из Центральной Азии, поселившийся с VII по IX века вдоль реки Днепр в Украине), создал в 882 году Киевское государство, или Киевскую Русь.
Это Киевское государство станет одним из крупнейших в Европе. Князь Владимир (960 – 1015 г.г.), обратившись в христианство в результате его союза с византийскими императорами, вводит таким образом славянское христианство, что впоследствии позволило Руси открыться Западу. Анна, дочь князя Ярослава (1019 – 1054 г.г., сына князя Владимира), вышла замуж за французского короля Генриха I в 1051 году.
Украина,Князь Владимир (960 – 1015 г.г.),Киевское государство,Киевская Русь,Церковь Московского Патриархата,Церковь Киевского Патриархата,euro 2012


В 1240 г. в результате нашествия монголов Киевское государство пало, - Киевская Русь отжила свой век. Народ двинулся на запад в Галицко-Волынские княжества, захваченные у поляков князем Владимиром. В 1253 г. князем Данилом Галицким была признана власть Рима, что послужило зарождению первых католических традиций на украинской территории.


Кто такие Украинцы, прямые потомки матери-Руси?


“Будучи более многочисленными, чем поляки, более мужественными и культурными, чем румыны, более лояльными к их национальным чаяниям, чем сами чехи, украинцы составляют самую романтическую нацию Европы, - нацию, которую никто не познал”.(1)
Именно Киевская Русь остается предметом спора относительно проблемы идентичности в Украине. Действительно, украинцы считают себя прямыми потомками матери-Руси. Но не они одни считаются таковыми, так как Русь простирается далеко на север до Баренцева моря, включая часть Белоруссии и западную часть нынешней России. Таким образом, у матери-Руси трое наследников – Украина, Белоруссия и Россия. Но, как утверждают русские, после разгрома Киева монголами Московия, расположенная ближе к северу, стала новым центром Руси и обеспечила преемственность матери-Руси, с чем украинцы и белорусы должны смириться. Так, русские называют Украину “Малороссией”, или Малой Россией.


Вестернизация Украины и безостановочно измененные границы


На протяжении трех веков Украина будет терзаема Литвой и Польшей и насильно вестернизируема католической церковью.

И только в 1654 году казачий гетман (главнокомандующий) Богдан Хмельницкий просит помощи у Московского государства, чтобы избавиться от польского владычества. Подписав Переяславский договор, русские, воспользовавшись этим, вассализировали Малую Россию. В 1667 г. Украина вновь оказывается разделенной на части вследствие Андрусовского перемирия в ходе русско – польской войны.Украина,Князь Владимир (960 – 1015 г.г.),Киевское государство,Киевская Русь,Церковь Московского Патриархата,Церковь Киевского Патриархата,euro 2012
Начиная с этого момента, кроме недолгого периода независимости между 1917 и 1923 г.г. (Украинская Народная Республика 1917-1923 и Западно-Украинская Народная Республика 1917-1918) и до самого обретения своей независимости в 1991 году Украина потеряет свою автономию, самобытность, язык, рессурсы... Руссифицированная во времена царствования Романовых, принудительно лишенная своей украинской самобытности в период сталинского правления, Украина будет неоднократно изменена в геополитическом отношении, а население перемещено.

Эти постоянные изменения и движения людей явно не поспособствовали приобретению ее национального самосознания. К треволнениям, связанным с историей и географией, добавляется еще и языковой конфликт.

Имеют ли Украинцы свой собственный язык?


Украинский и русский языки мало чем отличаются друг от друга, кроме разве что лексики, которая может варьироваться в 70 % случаев: украинский язык позаимствовал множество польских слов. Для некоторых лингвистов украинский язык – это группа диалектов русского языка, - группа, нередко перемещающаяся к польскому и словацкому языкам.(2)

Украина,Князь Владимир (960 – 1015 г.г.),Киевское государство,Киевская Русь,Церковь Московского Патриархата,Церковь Киевского Патриархата,euro 2012


Но и здесь разница в разговорной речи определяется географическим и социальным происхождением носителя. В западной части Украины, или в “украинской глубинке”, насчитывается 90 % украиноговорящих, в южной и восточной частях 90 % населения являются русскоговорящими. В центральной части, в столице и на небольшой территории в восточной части распространено употребление обоих языков. На украинском языке в основном говорят в сельской местности, в городских же центрах преобладает русскоязычное население.
Украинский литературный язык используется крайне редко, так как мало кто им владеет. Языки, на которых разговаривают украинцы, можно подразделить на три группы:
•    Суржик – смесь украинского и русского языков: в  разговорной речи чередуется использование русских и украинских слов. Такой смешанный язык обычно распространен в городах.
•    Сельский украинский язык, - своего рода диалект, в зависимости от региона.
•     Украинский язык Киева. Разговорный язык Киева – это что ни на есть русский язык, который все же отличается от русского языка Санкт-Петербурга особым акцентом. И наоборот, русские, проживающие в столице, заимствовали лексику и определенный украинский акцент, откуда и понятие “киевский русский язык”.


Межрелигиозная вражда: государство с 4 христианскими церквями
•    Грекокатолическая церковь, насчитывающая 5 млн. последователей, из которых 95 % в Галиции,
и три православных церкви:
•    Церковь Московского Патриархата, насчитывающая 35 млн. верующих ( ¾ населения Украины)
и преобладающая в центральной и северо-западной частях Украины. В ходе последних выборов именно она поддерживала нынешнего пророссийского президента Виктора Януковича.
•    Автокефальная Православная Церковь, собирающая тысячу общин, в частности в Галиции, а также объединяющая за рубежом некоторых верующих украинской диаспоры (Соединенные Штаты, Канада).
•    Церковь Киевского Патриархата насчитывает тысячу общин в Галиции и Киеве, а также приходы, которые прилагаются к ней в США и Австралии.


Политические разногласия и аналогичные подходы к вопросу обеспечения национального единства

Политические события в Украине за последние годы опять таки показали тенденции на обоих берегах Днепра, в особенности во время Оранжевой революции в 2004 году, в ходе которой Украина оказалась раздираемой конфликтом между оранжевыми, - партией “Наша Украина” бывшего президента Виктора Ющенко, между Партией регионов во главе с нынешним главой государства Виктором Януковичем, избранного в начале 2010, и наконец Юлией Тимошенко, “музой оранжевой революции”. Ни один из них не является выходцем из Западной Украины. Проевропейский В.Ющенко – выходец из центральной части страны, пророссийский В.Янукович и сама Ю.Тимошенко – из восточной ее части. Они посещают одну и ту же церковь, Православную Церковь Московского Патриархата, и по-русски говорят лучше, чем по-украински.

Результаты президентских выборов в 2004 г.

Украина,Князь Владимир (960 – 1015 г.г.),Киевское государство,Киевская Русь,Церковь Московского Патриархата,Церковь Киевского Патриархата,euro 2012



Украина вновь раздираема великими политическими державами, а именно ее западными соседями,- Европейским Союзом, и восточными, - Россией.
На протяжении всей истории имели место многочисленные движения протеста за украинскую самобытность, например, борьба запорожских казаков, а также различные другие формы протеста, в частности интеллектуальная. Наиболее конкретным эпизодом, кроме казачьих протестов, был период украинских национальных государственных образований с 1917 по 1923 г.г.( ЗУНР и УНР) в  смутную эпоху Революции.  
Трудности построения Украиной национального государства вызывали критику некоторых писателей еще в XVIII веке, а именно Вольтера, который писал: “Украина всегда стремилась быть свободной, но окруженная Московией, Польшей, а также землями великих господ, ей было необходимо искать себе защитника и, следовательно, хозяина в лице одного из этих трех государств”.(3)

Результаты президентских выборов в 2010 г.

Украина,Князь Владимир (960 – 1015 г.г.),Киевское государство,Киевская Русь,Церковь Московского Патриархата,Церковь Киевского Патриархата,euro 2012
Относительно недавно российский геополитик А. Дугин заявил, что “ Украина не располагает ни самобытной культурой, ни географическим, ни национальным единством,”(4) а известный российский геополитик А. Митрофанов выразился в гораздо более резкой форме, что “такая страна, как Украина, не имеет оснований для существования”.(5)


Итак, будет ли и дальше существовать государство Украина или же будет две Украины? Украина Западная и Украина Восточная? Правобережная и Левобережная Украина? Если так, означало бы это, что нынешняя Республика Украина будет разделена на два государства – близнеца? Исав и Иаков? Ромул и Рем? Или же будет единая Украина, готовая построить национальное государство со всем тем, что может ее разделять сегодня, но понимающая, что ее судьба зависит в первую очередь от национальной целостности, от объединения двух государств – близнецов, Кастора и Поллукса, которые смогут уступить место новой региональной державе Центральной Европы и Причерноморья.

                                                                                                                                           Ecrit par Chantal DOUPEUX 


Библиография:
1)Гессель Тильтман “Крестьянская Европа”, 1934 г., с.192
2)Олег Серебрян “Вокруг Черного Моря. Геополитика Причерноморья”. с.49
3)Вольтер “История Карла XII”. с.170
4) Олег Серебрян “Вокруг Черного Моря. Геополитика Причерноморья”. с.50, на основе работы А.Дугина “Основы Геополитики. Геополитическое будущее России”. Москва, 1997. с.337-339
5) Олег Серебрян “Вокруг Черного Моря. Геополитика Причерноморья”. с.51, цитата из В.Кременя и В.Ткаченко “Шлях до себе”. Киев, 1999. с.362
Картография: Франсуа де Жабрэн, начальник батальона (сухопутная армия Франции), Объединенный оборонный колледж, 15 выпуск, 2007-2008. Мемуары “Неопределенность украинской идентичности”.
Карта Президентских выборов 2010 г. – Википедия.

Repost 0
Published by worldwidepress - dans Ukraine
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 15:15

Crimée : La péninsule en eaux troubles

crimee,flotte russe,ukraine,otan,uss monterey,airway world -2011« Offerte » à l’Ukraine en 1954 par Nikita Khrouchtchev   lors du 300ème anniversaire de la réunification de la Russie et de la « Petite Russie » (Ukraine), la Crimée est depuis 1992 suite à la désintégration de l’URSS une République autonome rattachée à l’Ukraine.

Peuplée à 57.5% de Russes ethniques [1], la Crimée a toujours été depuis son annexion à l’Empire russe en 1774, la villégiature des tsars, « La Riviera » des Apparatchiks pendant la période soviétique, là où « tout ce beau monde » allait  profiter du climat doux qu’offre cette Presqu’Ile.  « Tête de pont », au sens propre comme au figuré, la péninsule devint pendant trois siècles un point stratégique, commercial et militaire, ouvrant la voie vers les Océans.
L’Union soviétique a dés 1991, soit après son effondrement, perdu 25% de son territoire et 55% de sa population [2], mais pour « l’âme russe », perdre l’Ukraine  et la voir s’éloigner a été un affront, une douleur que seuls les Russes sont à même d’exprimer. Le plus odieux fut surtout que ce mécanisme entraîna en même temps la perte de la Crimée, devenue ukrainienne de jure et de facto… D’ailleurs, la Fédération de Russie a reconnu l’indépendance de la République autonome de Crimée en 1997 seulement, reconnaissance reconductible pour 10 ans…En fait, la Russie joue depuis les années 90 la politique de la « passeportisation » (même « jeu » qu’en Abkhazie » compte tenu de la forte majorité russe dans ces régions, le droit ukrainien, ne permettant pas la double nationalité).
La Russie actuelle a perdu potentiellement de sa puissance   géopolitique sur ses frontières centre-européennes, sud-est européennes et centre-asiatiques.
Pour F. Thual, géopoliticien français : « La chute de l’Union soviétique a modifié la situation autour de la mer Noire parce que les Etats successeurs ont surtout amputé le littoral de la Russie sur la mer noire qui la contraint désormais à disposer d’un seul port important, Novorossik.   De plus, un nouveau pays, l’Ukraine, devient, géographiquement du moins, un acteur important dans la zone de la mer Noire ». Ainsi, pour la Russie, il  lui reste simplement la partie orientale du « Pont Euxin » (ancienne appellation de la Mer Noire), la Transcaucasie, abrupte et difficilement accessible quant aux massifs montagneux qui forment une véritable muraille  qui  ne simplifie pas un accès maritime direct. De gros investissements dans le port de Novorossik sont indispensables (dans la mesure du possible) si la Russie veut assurer et affirmer sa présence sur cette zone. D’ailleurs,   le sociologue russe Nikolaï Danilevski, déclarait dans son ouvrage « La Russie et l’Europe » (1865/1867) que « la nature offre à la Russie une forteresse maritime naturelle, comme il n’y en a pas deux dans le monde : la mer noire »

Cependant, depuis plus de 20 ans, le statut de la Crimée reste la « Pomme de discorde ».
Les Russophones en Crimée étaient favorables à un rattachement avec la Fédération de Russie ce qui fait que la flotte russe reste stationnée crimee,flotte russe,ukraine,otan,uss monterey,airway world -2011dans le port de Sébastopol malgré de nombreuses périodes de crises  entre la « Petite » et « Grande » Russie. Dés l’indépendance de l’Ukraine, les Nationalistes  ukrainiens avaient fortement conseillé à la marine russe de quitter la Crimée. L’instabilité politique en Ukraine, les répliques de Moscou concernant le prix du gaz et son pouvoir sur la distribution (les « on et off » intempestifs du Kremlin), la situation géographique de l’Ukraine en tant que territoire de transit d’hydrocarbures ont permis à la Russie d’imposer son « diktat »,   sur « La Petite Russie ». L’Ukraine aurait très bien pu répliquer en tant que nouvelle puissance régionale sur la zone pontique, réplique qu’elle n’a jamais pu imposer, et ce par manque de cohésion nationale et politique.

D’autre part, si on devait considérer que la marine russe quitte définitivement la Crimée, que l’Ukraine paie un lourd tribut pour son autonomie afin de se débarrasser du « joug russe », alors on assisterait à un véritable chaos économique sur la péninsule dans un premier temps sachant que sans les familles de « Marine’s russes » installées en Crimée, cette fracture engendrerait d’autres dissensions telles que la réhabilitation  des minorités, dont la principale, les Tatars de Crimée, déportés par Staline pour « collaboration avec les Nazis » accueillis comme libérateurs en 1941.
En effet, en Crimée, la discorde n’est pas seulement russo-ukrainienne. Les Tatars (12.5% de la population), comptent bien un jour ou l’autre reconquérir une partie de  leur territoire et au niveau démographique, leur population s’accroît bien plus rapidement que celle des Slaves puisqu’ils sont musulmans. Ils revendiquent désormais des structures éducatives (écoles, universités..) en langue tatare sans dénigrer la langue russe, langue administrative. Pour trouver du travail, le russe est indispensable  pas seulement en Crimée mais dans l’Ukraine tout entière (voir Ukraine : un Etat Gémellaire).

crimee,flotte russe,ukraine,otan,uss monterey,airway world -2011Pour l’Ukraine et la Fédération de Russie, la « Nation » est un énorme chapiteau associé à la spiritualité et l’armée. Chez les Slaves « L’âme » se construit sur  le pouvoir « militaire » et « spirituel ». Pendant l’Empire Russe, la spiritualité était fondée sur le christianisme orthodoxe et  le « potentiel militaire ». A l’époque soviétique, la spiritualité, « l’idéologie communiste »  suppléa l’orthodoxie mais le pouvoir militaire fut d’une certaine façon renforcé, les deux  « idéologies » devenant indissociables. (Hungtington « The clash of the civilisations, « Foreign Affairs » 1993 Nr 3, page 22-49).

Actuellement, bien que la péninsule de Crimée ait toujours été le théâtre de spectaculaires retournements depuis des siècles, elle se retrouve à nouveau confrontée à des tentatives de « Tsunami » dues à sa situation géostratégique. La « Tauride » (ancien nom donné à la Crimée), celle qui a accueilli des peuples venus d’Asie Centrale, d’Asie mineure demeure la « Pomme de discorde » entre la Fédération de Russie et l’Ukraine ». Après l’élection en 2010 de Viktor Ianoukovitch, pro-russe, les tensions entre Moscou et Kiev semblaient s’être sensiblement atténuées, le nouveau Président ukrainien dés Mai 2010 ayant accordé un délai supplémentaire au stationnement de la flotte russe de 2017 à 2042 à Sébastopol et autres ports de Crimée et ce dans le cadre des négociations du prix du gaz en Ukraine. V.Ianoukovitch  prétextait   éviter « une rupture entre deux peuples frères » (RIA Novasti)[1] et endiguer « l’ukrainisation  excessive» introduite par son prédécesseur Viktor Iouchtchenko, président pro-occidental de la Révolution Orange.


Pourtant, en Eté 2011,  « les forces navales  ukrainiennes et la flotte russe » ont bien mené des exercices russo-ukrainiens « Fairway world -2011 » afin notamment « d’améliorer les liens d’amitié » des marins russes et ukrainiens en faveur de la paix et de la stabilité dans la région…[3]. Parallèlement, l’Ukraine cherchait à intensifier ses liens avec l’OTAN dans le cadre du programme « Sea Breeze 2011 », le « Sea Breeze 2006 » ayant déjà provoqué des « éclats » de la part de séparatistes russophones en Crimée. D’autre part, des dissensions demeurent quant à la présence de navires de la NATO  (USS Monterey) qui « mouillent » à la frontière russe en mer Noire et dont la présence n’est pas réellement justifiée. [4].
En fait, l’Ukraine semble se départager entre les deux forces : candidate à l’OTAN, elle est également l’héritière directe de l’URSS sur la zone pontique, membre de la CEI et potentiellement future adhérente à l’Union  douanière instaurée par la Fédération de Russie et à laquelle elle est vivement conviée en tant que membres de la CEI. Dans ce cadre-là, l’Ukraine  montre plutôt son caractère inconstant qui la caractérise et surtout la fragilise. V. Inoukovitch, dauphin de L. Koutchma ancien Président de l’Ukraine (1994-2005) ne semble pas aviver la sympathie du Kremlin, le nouveau président ukrainien ayant auparavant montré son caractère versatile. En tout cas, la « péninsule » n’a pas fini de baigner en eaux troubles.

                                                                                                                                  Ecrit par Chantal DOUPEUX 
[1] RIA Novasti 10/06/2011
[2] Oleg Serebrian, Autour de la Mer Noire p 36
[3] Russie-Ukraine 24/05/2011
[4] Kommersant du 22/06/2011 (traduit du russe)

14:15 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Envoyer cette note | Tags : crimee, flotte russe, ukraine, otan, uss monterey, airway world -2011

Repost 0
Published by worldwidepress - dans Ukraine
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 13:35

Indépendante pour la première fois dans ses frontières actuelles en 1991, l’Ukraine a du mal à se construire en Etat-Nation. Confrontée à des « antagonismes identitaires » hérités de son histoire et de sa géographie, l’Ukraine rencontre également des dissensions confessionnelles,  linguistiques et politiques.

Créer un Etat n’est pas forcément l’étape la plus compliquée, mais parvenir à la cohésion d’une nation est une tâche bien plus complexe.
Géopolitiquement, un Etat-Nation est « une forme politique dans laquelle l’Etat s’identifie  à la Nation et assure sa cohésion, en renvoyant ainsi à l’idée d’une naissance  et d’une origine commune ».

Une histoire tumultueuse et des frontières maintes fois retracées


Traversée par des peuples  nomades venus d’Asie Centrale notamment les Kourganes (Vème et IIème millénaire avant JC),  investis par les  Cimmériens (Ier Millénaire – an 700 avant JC) et les Scythes (jusqu’en 339 avant JC), des  colonies grecques (Vème siècle) viennent s’établir au bord de la mer noire. Anéanties par  les  Huns, l’Empire romain et byzantin conquît à son tour cette région pontique (entre le Vème et le XVème).

Au 7ème siècle, des tribus slaves venues du Nord vont s’implanter sur les rives  du Boug et du Dniepr. Les Varègues, vikings venus de Suède, s’assimilent à cette population slave en adoptant leur langue, le proto-slavon et en apportant leurs codes politiques et sociaux. Oleg le Sage, après avoir  chassé les Khazars (un peuple semi-nomade turc d’Asie centrale installé du VII au IXème siècle le long du Dniepr en Ukraine), crée l’Etat de Kiev ou la Rous’ de Kiev en 882.
Cet Etat de Kiev deviendra l’un  des plus  vastes d’Europe. Le prince Vladimir  (960/1015) se convertit au christianisme en s’alliant aux empereurs byzantins et introduit ainsi la chrétienté slave, ce qui permettra à la Rous’ de s’ouvrir  sur l’Occident. Anne,  fille du prince Yaroslav, (1019-1054 - fils de Vladimir), épousera le Roi de France, Henry Ier en 1051.


ukraine,russie,rous' de kiev,euro 2012En 1240, l’invasion de Kiev par les Mongols fera tomber cet Etat. La Rous’ de Kiev a  vécu. Ainsi, les  populations se  réfugient plus à l’Ouest en Galicie-Volhynie principautés prises aux Polonais par Vladimir. Le Prince Danylo Halytskyï reconnaîtra l’autorité de Rome en 1253. La première tradition catholique sur le territoire  ukrainien est née.

Qui sont les Ukrainiens ?  Héritiers  directs de la Mère Rous’ ?

« Plus nombreux que les Polonais, plus virils et plus cultivés que les Roumains, plus loyaux envers leurs aspirations nationales que les Tchèques eux-mêmes, ils forment la nation la plus romantique d’Europe-  la nation que personne ne connaît. » [1]

Et c’est bien la Rous’ de Kiev qui reste l’un des sujets à controverses en ce  qui concerne le problème identitaire en Ukraine. En effet, les Ukrainiens se considèrent comme les  héritiers directs de « la mère Rous’ ». Mais, ils ne sont pas les seuls puisque l’Empire  Rous’ s’étend bien plus au Nord jusqu’à la Mer de Barents englobant une partie de la Biélorussie et la Russie occidentale actuelle). La mère Rous’ aurait ainsi trois héritiers (Ukraine, Biélorussie, et Russie). Mais, les Russes prétendent qu’après la défaite de Kiev contre les Mongols, la Moscovie, située plus au Nord, était devenue le nouveau centre de la Rous’ et aurait assuré la succession de la mère Roussienne  à laquelle Ukrainiens et Biélorusses doivent se  soumettre. Ainsi, les Russes appellent l’Ukraine « Malo Rossia », Petite Russie.

Occidentalisation des Ukrainiens et mouvements perpétuels des frontières


Pendant trois siècles, l’Ukraine sera tiraillée par la Lituanie, la Pologne et occidentalisée avec une forte pression de l’église catholique.

C’est en 1654 que le Cosaque  Bogdan  Khmelnitsky alors Hetman (commandant chef ) demande l’aide  de la Moscovie afin de se débarrasser de la domination polonaise. En signant le traité de Pereislav, les Russes en profitent pour vassaliser « la petite Russie ». Et de nouveau l’Ukraine va encore se retrouver partagée, dépecée en 1667 lors du traité d’Androusovo suite à la guerre  russo-polonaise.ukraine,russie,rous' de kiev,euro 2012
A  partir de cette période, outre l’épisode éphémère d’indépendance entre 1917 et 1923 (République Nationale d’Ukraine 1917 – 1923 et la République nationale d’Ukraine occidentale 1917 – 1918) et d’ailleurs jusqu’à son indépendance en 1991, l’Ukraine perdra son autonomie, son identité, sa langue, ses ressources…. Russifiée durant le règne des Romanov , désukrainisée par la force pendant la période stalinienne, l’Ukraine sera maintes fois retracée et les populations déplacées.

Ces tracés et ses  mouvements incessants des populations ne permettront évidemment pas de parvenir à une conscience nationale. Aux antagonismes liés à l’histoire et à la géographie, vient également se greffer le problème de la langue.

Les Ukrainiens ont-ils leur propre langue ?

Il existe très peu de  différences entre l’ukrainien et le russe, sauf pour le vocabulaire qui peut varier à 70%, la langue ukrainienne ayant emprunté de nombreux termes polonais. Pour certains linguistes, l’ukrainien serait « un groupe de  dialectes de la langue russe, groupe qui fait la transition vers le polonais et le slovaque ».[2]ukraine,russie,rous' de kiev,euro 2012
Là encore, l’origine géographique  mais aussi sociale différencie le locuteur ukrainien. A l’ouest soit « l’Ukraine profonde », on compte 90% d’ukrainophones, au Sud et à  l’Est, 90% des locuteurs sont russophones Le centre, la capitale et une  partie de l’est restant mixtes. L’ukrainien est surtout parlé dans les zones rurales, les centres urbains étant  majoritairement russophones.
L’ukrainien littéraire est très peu utilisé car mal maîtrisé. Par contre, les langues utilisées par les Ukrainiens se déclinent généralement sous trois formes :

•    Le sourjik : C’est un mélange entre  l’ukrainien et le russe. Dans une conversation, le locuteur alterne l’utilisation de termes russes et ukrainieukraine,russie,rous' de kiev,euro 2012ns et est généralement utilisé en ville.
•    L’ukrainien rural : Il apparaît comme une  sorte  de  dialecte, suivant les régions
•    L’ukrainien  de  Kiev :  la langue parlée à Kiev est tout simplement le russe qui se distingue par contre du russe de Saint Petersbourg par un accent bien spécifique. Inversement, les Russes vivant dans la capitale ont emprunté du vocabulaire et une certaine touche d’accent ukrainien d’où l’expression le « russe kiévien »

Les dissensions confessionnelles : Un Etat aux 4 églises chrétiennes


•    L’église gréco-catholique qui rassemble 5 millions de fidèles dont 95% en Galicie

Et trois églises orthodoxes :

•    L’église du patriarcat de Moscou qui compte 35 millions  de fidèles (3/4 population ukrainiennes) et qui est très présente dans le centre et le nord-ouest. Pendant les dernières élections, elle a d’ailleurs soutenu l’actuel président pro-russe, Viktor Yanoukovitch

•    L’église orthodoxe  autocéphale qui regroupe un millier de communautés notamment en Galicie mais aussi à l’étranger rattachant certains fidèles de la Diaspora ukrainienne (Etats-Unis, Canada).

•    L’église du patriarcat de Kiev rassemble un millier  de communautés, en Galicie et à Kiev et ainsi que des paroisses rattachées à elle aux Etats-Unis et en Australie


Divergences politiques mais des approches similaires pour une  cohésion nationale

Les évènements politiques en Ukraine au cours de ces  dernières années ont montré une  nouvelle fois les tendances des deux rives du Dniepr, notamment lors de la Révolution Orange en  2004 lors ukraine,russie,rous' de kiev,euro 2012de  laquelle l’Ukraine se trouva divisée entre l’Orange, parti de notre Ukraine de  l’ex-Président Viktor Youchtchenko,  le Bleu, parti des Régions et de Viktor Yanoukovych, , actuel Chef de l’Etat, élu début 2010 et enfin Youlia Tymochenko, « l’égérie de la Révolution Orange ». Aucun d’entre eux ne vient de  l’Ouest de  l’Ukraine. V. Youschchenko proeuropéen vient du Centre  du pays et V.Yakounovych prorusse et Y. Tymochenko  de  l’Est. Ils fréquentent la même  église, l’église orthodoxe du patriarcat de  Moscou et s’expriment mieux en russe qu’en ukrainien.
.




L’Ukraine est  de  nouveau tiraillée notamment par les  grandes puissances politiques qu’elle côtoie avec ses frontières à l’Ouest, l’UE et l’Est, la Russie.ukraine,russie,rous' de kiev,euro 2012

Au cours de  l’histoire, il y  eut des mouvements de revendication de l’identité ukrainienne, tels que les Cosaques zaporogues et divers autres formes, notamment intellectuelles. L’épisode le plus  concrêt, outre celui des Cosaques, fut celui des deux  Républiques nationales ukrainiennes  de 1917-1923 (ZUNR et UNR)  pendant la période trouble de la Révolution.

La difficulté de l’Ukraine de se créer en Etat-Nation avait déjà éveillé les critiques de certains auteurs au XVIIIème siècle ; à savoir Voltaire qui écrivait « L’Ukraine a toujours aspiré à être libre ; mais entourée de la Moscovie, des états des grands seigneurs et de la Pologne, il lui a fallu chercher un protecteur, et par conséquent un maître dans l’un de ces trois Etats » [3].
Plus récemment, le géopoliticien russe A. Douguine affirmait que « L’Ukraine ne possède ni culture distincte, ni cohésion géographique, ni cohésion nationale »[4] et de manière beaucoup plus virulente, le célèbre géopoliticien russe A. Mitrofanov déclarait qu’un « pays comme l’Ukraine n’a aucune raison d’exister » [5].

Existerait-il  donc deux Ukraines, une  Ukraine  Occidentale et une Ukraine Orientale ? Une Cis-Dnieprienne et Trans-dnieprienne ? L’actuelle République d’Ukraine serait-elle alors un Etat gémellaire ? Essaü et Jacob ? Romulus et Rémus ? Ou alors, une seule Ukraine prête à construire un Etat-Nation, avec tout ce qui peut la diviser actuellement mais en prenant conscience que son destin passe  avant tout par un rassemblement national, l’unification de deux Etats jumeaux, des  Castors et Pollux qui  pourront lui donner sa place de nouvelle puissance régionale en Europe  centrale et sur  la zone pontique.

                                                                                                                  Ecrit par Chantal DOUPEUX 

 

 

 



Bibliographie


[1] Hessel Tiltman, Peasant Europe P 192, 1934
[2] Oleg Sereberian, Autour de la Mer Noire, Géopolitique de la Zone pontique p 49
[3] Voltaire Histoire de Charles XII p 170
[4] Oleg Serebrian Autour de la Mer Noire, Géopolitique de la Zone pontique p 50 issu de l’ouvrage de A.Dugin : Osny geopolitiki. Geopoliticheskoie buduchtchee Rossii, Moscou 1997, p337-339
[5] Oleg Serebrian Autour de la Mer Noire, Géopolitique de la Zone pontique p 51 cité dans : V.Kremeni & Tkatchenko, Ukraina : chleakh do sebe, Kiev, 1999, p. 362
Cartographie : François de Jabrun, chef de bataillon (Armée de terre France), collège interarmées de défense, 15ème promotion, 2007-2008. Mémoire « Les incertitudes de l’identité ukrainienne »
Carte élections présidentielle 2010 - Wikipédia

18:46 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Envoyer cette note | Tags : ukraine, russie, rous' de kiev, euro 2012

Repost 0
Published by worldwidepress - dans Ukraine
commenter cet article
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 20:00

Antonina est née en 1926 à Kherson dans le centre de l’Ukraine. Ses parents sont paysans dans cette vaste plaine Larissafertile du Dniepr et vivent parfaitement bien des produits de leurs terres.

 

Juste après la mort de Lénine en 1924, Staline, par diverses manipulations arrive au pouvoir. Déjà, malgré les menaces et la propagande du parti, les Ukrainiens résistent aux exigences du tyran. Ils refusent de céder leurs terres à l’Etat et de rejoindre les coopératives, les Kolkhozes. Dans les années 20, ils ont déjà été victimes de la répression des bolchéviks  qui avaient provoqué un premier « Holodomor ».

 

 Début des années 30, Staline déclare « Nous anéantirons sans pitié quiconque menace par les faits  et même par la pensée l’Unité de l’Etat. La mort résout tous les problèmes ; plus d’hommes, plus de problèmes ».

 

Toutes les récoltes sont réquisitionnées. En 1933, Antonina a 7 ans. Sa mère est exécutée après avoir été dénoncée pour avoir dissimulé de la nourriture. Son père est déjà mort de faim, il s’était sacrifié pour les besoins vitaux de sa famille

 

Staline, furieux, par la résistance de ces paysans ukrainiens, leur interdit l’accès aux grandes villes. Antonina se souvient du jour où un jeune milicien, Vadim, un tovaritch (camarade, fidèle de Staline) qui faisait sa « tournée » la découvre cachée sous un fût dans une grange. Il a pitié de cette petite fille blonde et l’emmène chez lui. Malgré les brimades de sa « belle mère », Antonina a déjà un caractère bien trempé. Et puis Vadim la considère comme sa propre fille puisque le couple n’a jamais pu avoir d’enfants.

 

Fin 1933, l’Ukraine vit une véritable tragédie. Des cadavres jonchent les rues. 5 millions de morts et peut être plus.

 

Edouard Herriot est invité en URSS en 1933, alors que la famine arrive à son paroxysme. Staline lui fait traverser l’Ukraine. A son retour, Edouard Herriot, enchanté par son voyage déclare « l’Ukraine est un jardin en plein rendement. Lorsqu’on soutient que ce pays est dévasté par la famine, laissez-moi hausser les épaules ».

 

Antonina vient de fêter ses 85 printemps mais ses interrogations restent encore sans réponses : Comment cette tragédie a-t-elle pu se produire ? Comment peut-on prétendre aujourd’hui, pour des intérêts politiques que « l’holodomor » n’a jamais existé ? Reconnu en 2006 seulement, il est encore sujet à controverse jusqu’à considérer cette tragédie « comme un bobard »…En tout cas, pour Nina (Antonina), le message est sans appel : « Nier l’holodomor, c’est nier l’holocauste ».

 

                                                                                                                                       Ecrit par Chantal DOUPEUX   

Repost 0
Published by worldwidepress - dans Ukraine
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 16:37

C’est le 1er septembre 1987, le jour de la rentrée des classes, la « fête des fleurs » également. Dima n’accompagnera 2007-11-28-19-11-02_0052-copie-1.JPGpas sa petite fille de 3 ans à l’école pour rencontrer la future institutrice de sa Macha comme il en avait toujours rêvé. Il a été mobilisé par l’armée rouge pour intervenir en Afghanistan, un conflit qui s’enlise depuis 1979. Il doit intégrer la 40ème Armée dans le cadre du plan « Chtorm 333 » destiné à maintenir « la paix en Asie Centrale ». Depuis presque 10 ans, cette guerre a fait des milliers de morts, civils et militaires. Ce conflit est en fait entretenu pour alimenter la propagande anti-moudjahidines, des « guerriers saints » mais fondateurs de l’Afghanistan qui est devenu un enjeu économique dans la guerre froide.

 

Dima a bien conscience qu’il  n’est pas sûr d’en revenir. Il n’a plus de nouvelles de ses copains partis quelques mois auparavant. Encore une fois, l’Ukrainien servira de chaire à canon pour les bons « tovaritchis » (camarades) soviétiques. Les hommes désertent dans toute l’URSS pour éviter cet engagement non fondé.

 

Il atterrit à Tachkent, en Ouzbékistan où il devra faire ses armes. Sur le tarmac, il fait déjà 45 °c. Dima n’aime pas cette chaleur.

 

Lui et ses « camarades » sont conduits dans un camp militaire « en transit ». Des camions attendent dans la cour de la caserne. A l’appel, la plupart des soldats ne veulent pas embarquer. Ils pleurent et appellent leur mère. Ils savent qu’ils n’ont peu de chance de la revoir.

 

Oui, les « Patchounes » n’ont pas l’intention de se laisser « coloniser », ni par les Soviétiques, ni par les AMIS (Américains). Ils sont chez eux et ont construit leur société, que cela plaise ou pas. Même depuis Alexandre Le grand jusqu’à Brejnev, les Patchounes ont imposé leurs « lois » et l’indulgence, ils ne connaissent pas. Seuls, Genghis Kahn avait su les « driver ».

 

Dima arrive dans un aéroport près de Kaboul. Il tient la photo de sa petite Macha dans ses mains moites. Dans le camp, les autres soldats ont déjantés. Il y a en un qui creuse avec ses mains pour s’échapper de l’enfer et l’autre qui a vu la vierge.

 

Le lendemain, à 4h30, Dima doit lui aussi monter dans le « camion ». La plupart de ses compatriotes se sont défoncés avec de l’opium et de la vodka toute la nuit. Ceux sont des « Zombis ». Le MI-24 Hind, un hélicoptère typiquement soviétique, s’éloigne de la vie. Il amène les nouvelles recrues dans les montagnes afghanes. Les jeunes soldats n’ont jamais sauté en parachute. Ce n’est pas grave ! On les pousse ! Dima par chance, rebondi dans un « bouquet d’arbres » qui amortit sa chute. Mais les balles sifflent de toute part. Il se réfugie avec deux autres « Tovaritchis » (camarades) dans une petite grotte. Mais, malgré le « drapeau blanc » que Ivan et Iaroslav déploie, les « Patchounes » après des années d’invasion, ne font pas de concessions. Ils dessoudent les deux « pacifistes ». Dima se cale derrière un rocher, il n’en bougera plus pendant plusieurs jours. Il a faim et commence à délirer. La seule chose en sa possession, c’est l’ouvrage de Tolstoï « Guerre et paix » qu’il lit sans répit.

 

Après avoir consommé les rations de ses camarades, ca pue la charogne. Ses camarades se décomposent sous un soleil de plombs. IL entend  les Migs tournés mais il ne peut pas se signaler.

 

Un soir, il voit un berger avec des petites chèvres. Il sort aussi le drapeau blanc. L’homme, un « Patchoune » a pitié de ce « spectre soviétique ». Il l’emmène dans sa ferme situé un peu plus bas. Dima est sauvé.

 

Dima retrouva sa famille après 18 mois d’absence. Aujourd’hui, il dénonce le « non fondé » des agressions américaines ou occidentales sur ce territoire. Nul ne peut vaincre les « Patchounes » et c’est pour cela que Ben s’y était réfugié alors que les compromis qu'il avait pris avec la « Maison Blanche » n’avait pas été tenus.

 

                                                                                                                                       Ecrit par Chantal DOUPEUX   

 

Repost 0
Published by worldwidepress - dans Ukraine
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 20:03

Le Multiculturalisme apporte souvent de « l’eau au moulin » à tout poète et philosophe. C’est ce DSCF0001.JPGqui s’est passé en Crimée, région autonome d’Ukraine. Héritage d’un don de Kroutchev à l’Ukraine en 1954,  cette région avait dans des temps plus anciens, abrité des peuples mongols comme la Horde d’Or.

Au XVIème siècle, Mengli Giray, Kahn de Crimée fit construire un palais à Bakhtchisaraï . Alexandre Pouchkine, le célèbre poète russe, en exile suite à ses écrits et ses frasques vis-à-vis de Catherine la Grande, trouva dans « l’Hansaray » (palais du Kahn), source d’inspiration.

Au sein du palais, une fontaine a livré au poète ses secrets. Le Kahn était tombé amoureux d’une de ses esclaves, une Polonaise, Maria. Cette passion avait engendré des rivalités au sein du harem. Zarema, une esclave géorgienne, malgré toutes ses tentatives pour séduire le Kahn, ne pouvait pas accepter la liaison du « prince » avec sa rivale. Malgré la surveillance accrue des eunuques, Maria est retrouvée morte.

Le Kahn ne s’en remettra jamais. Il fait exécuter Zarema et fait construire au sein de son palais, une fontaine de marbre dans laquelle il pourra venir verser ses larmes.

Alexandre Pouchkine, touché par cette légende, écrivit un poème  qui permit de sauvegarder ce palais et de redonner à Maria une seconde vie.

 Ecrit par Chantal DOUPEUX 
Repost 0
Published by worldwidepress - dans Ukraine
commenter cet article
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 17:10

Souvent l’âme d’un peuple se distingue par son épicurisme. L’Ukraine, et par le potentiel de son sol, ses 1500 kms de côtes sur la mer noire et sa population multiculturelle, est à même de proposer à ses hôtes des tables bien garnies.   

 

Les Ukrainiens sont de bons vivants. Ils savent composer entre gastronomie et plaisir.DSCF0025-copie-1.JPG

 

La cuisine ukrainienne, considérée à tort, comme « cuisine d’hiver », s’appuie sur tout ce que peut lui offrir son terroir et l’héritage de l’Empire des Tsars, qui s’inspirait souvent de la gastronomie française du XVIIIème siècle. En effet, à cette époque, la gastronomie était devenue un sujet diplomatique. Tel le plat préféré de Catherine la Grande, les côtes de moutons à la « Madame de Pompadour », que « l’Altesse » avait dégustés lors l’une de ses visites en France chez la « Dame » de Pompadour, maîtresse de Louis XV.

 

C’est ainsi que l’on retrouve des termes d’origine française dans la gastronomie ukrainienne ou russe.

 

La « Vinegret » est en fait une macédoine de légumes avec des petits cubes de jambon. Par glissement sémantique, notre vinaigrette est devenue une entrée en Ukraine ou en Russie.

 

Le vocabulaire français n’a pas échappé à cette influence. Le Bœuf Stroganoff, les blinis, les Koulibiaks font partie de notre lexique gastronomique.

 

Les cartes ukrainiennes proposent en général une soupe en entrée, soit le fameux Bortsch ou le schi (soupe aux choux), une Solianka, qui est une soupe de légumes et les succulentes soupes de poissons uniques puisque l’Ukraine a également son ouverture sur les mers chaudes. En entrée, il y a aussi les salades multicolores accompagnées de cubes de fromages provenant des petites fermes  qui se maintiennent grâce à leur présence sur les « Rynoks » (marchés locaux). Enfin, il y a les pirojkis qui sont en fait des rissoles à la viande.

 

En plats principaux, (vtorvyi bliouda), on a également le choix. On a les « Pélménis » qui sont des raviolis fourrés à la viande mais aussi aux champignons car l’Ukraine a un domaine forestier très important et qui fournit de nombreuses chaînes alimentaires en Europe, notamment en cèpes et en girolles.

 

Enfin, il y a les holbotsi, qui sont des petits choux farcis à la viande et aux légumes, recettes que l’on retrouve souvent en Auvergne mais qui sont accompagnés de crème fraîche.

 

Par son multiculturalisme, l’Ukraine propose également des plats venus du Caucase tels les Chachliks. Ce sont des brochettes de viandes marinées accompagnées généralement de pommes de terre à la vapeur.

 

En dessert, les Ukrainiens raffolent des produits de leur terre. Les salades de fruits, et surtout les varenyki, ravioles aux fruits, fourrés notamment de cerises ou de framboises.

 

Le service en Ukraine n’est pas adapté au stresse occidental. Il impose de prendre son temps, manger est un plaisir.

 

C’est encore un héritage des Tsars. Au XVIIIème siècle, la famille Romanov, en visite en France avait constaté que les Français avaient pour habitude de « piquer » dans les plats qui étaient disposés sur la table. Et c’est pour cette raison que les repas duraient des heures.

 

Par contre, en Russie, les plats étaient servis les uns après les autres (v otchederi : à la suite). Noblesse française incitant, la cour du Tsar avait décidé de se faire servir à « la française ». Ainsi, les entrées, le plat principal et les desserts se sont retrouvés en même temps sur la même table.

 

Parallèlement, Louis XV, décida d’adopter la méthode russe et de se faire servir par ordre, soit l’entrée, le plat principal et le dessert.

 

C’est ainsi que les « structures » gastronomiques françaises et ukrainiennes ou russes furent fixées. Tous les plats en même temps chez les Tsars, et par service régulier chez les Français.

Pour les boissons, les Ukrainiens consomment certes de la vodka mais surtout de la bière pendant leurs repas, et pour les plus sobres, du thé du bon vieux samovar.

 

Quant aux vins de Crimée, il n’est pas très apprécié compte tenu des problèmes de vinification liés au manque de diversité des cépages.

 

En tout cas, en Ukraine, à toute heure du jour et voire même de la nuit, il est possible de se restaurer.

 

Priatnava appetita ! (bon appétit)

 

 

 

 

Repost 0
Published by worldwidepress - dans Ukraine
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 08:19

La situation économique et politique de l’Ukraine depuis l’effondrement de  l’URSS et ensuite  son passage à l’économie de marché, n’a certainement pas  fait de ce pays un « welfare state ». Par contre,  la fertilité de son sol mondialement connue sous  le terme de « Tchernosium » ainsi que son ouverture sur les « mers chaudes » lui offrent un potentiel exceptionnel qui lui donnerait la capacité de se passer de toute assistance extérieure si elle n’était pas contrainte de vendre son âme au diable.

 

En effet, depuis son indépendance, l’Ukraine est si ce n’est pas dire assiégée par d’innombrables « ONG » ainsi que de nombreux investisseurs douteux venus de tous les continents pour lui porter « secours ». Il est vrai que dés ses  premiers pas dans la vie vers la démocratie, elle a eu besoin de soutien financier et humanitaire, la période soviétique ayant laissé un chantier économique et social désastreux..

 

Mais, l’Ukraine, malgré ses apparences vulnérables et les différentes  « galères » qu’elle a pu traverser, notamment "l’Holodomor" (génocide) en 1932/33, famine provoquée par les délires de Staline qui a fait entre 3 à 5 millions de morts, les brimades de  l’administration soviétique, l’empoisonnement par « l’atome » lors de la catastrophe de Tchernobyl, et une « révolution orange » ratée, elle a su préserver ses enfants et les adapter à toute épreuve.

 

L’histoire se répète souvent. Massacrée par des hordes de barbares en des temps plus anciens,  colonisée, soviétisée, malmenée, l’Ukraine résiste grâce  à son peuple qui sait garder la tête haute et sait faire  la différence entre  la  charité et la nécessité. Selon un sociologue,  Oleg Pypenko, les actions des ONG furent un certain temps salutaires mais à présent, leurs actions deviennent de  faux prétextes pour « imposer leur  dictature  et mettre  une infime partie de  la population en état de dépendance » (sic). D’un autre côté, « tendre la main, ce n’est pas tendre la joue » selon le sociologue. « Il suffirait de responsabiliser cette catégorie de la population en état d’indigence, en lui imposant une petite participation de  quelques kopeks lors de la distribution de  biens, même si on sait que  certains ne peuvent pas ». « L’Ukraine n’est pas  la Somalie ! Et loin de là ! ».

 

Toujours, selon Oleg, « en donnant constamment gratuitement, n’est-ce pas soudoyer une population afin de lui imposer « a way of life » à l’occidental ? ». Et aussi, « ce n’est pas parce que vous avez des aides sociales, telles que le RMI en France, que cette politique est adaptée à l’Ukraine ! ». Les Ukrainiens ont largement la capacité de s’assumer même si tout de même l’argent reste le nerf de  la guerre. Il existe en Ukraine une solidarité indélébile qui n’existe pas ailleurs.

 

D’autre part, cette ingérence étrangère si bien au point de vue économique qu’humanitaire, « accentue nos problèmes de coordination nationale ».

 

En ce qui concerne le potentiel économique de  l’Ukraine, Oleg Pypenko déplore que son pays est encore victime de  pillages notamment par l’intervention d’investisseurs mafieux sur certains sites, tels que l’exploitation des produits de la mer, cad, le caviar de  la Mer d’Azov et la Mer Noire. « Quand ils ne parviennent plus à faire leur « beurre » sur la Mer Caspienne car à présent, la législation dans ce domaine est devenue très rigide mais aussi parce que les  tendances du marché ont évolué, notamment par des  commandes importantes de la part de pays émergents tels que  l’Arabie Saoudite par exemple, ils n’ont pas d’autres choix que de s’en remettre à des réseaux mafieux sur la Mer d’Azov, site protégé. » Outre cela, il y a aussi les investissements dans l’immobilier. Même si un étranger  ne peut pas devenir propriétaire, il aura toujours la possibilité de s’associer avec  des personnes  très peu scrupuleuses qui ont su profiter de l’ère de la privatisation post-soviétique et racheter des appartements à un prix modique pour les louer à prix forts !

 

Mais malgré les propos déplacés de Vladimir Poutine, prétendant que l’Ukraine est « un nouveau pays qui n’aurait jamais dû exister », l’Ukraine n’a pas perdu son âme. L’Ukraine n’a jamais  été un nouveau pays. Kiev fut la « capitale de toutes les   Russies » ! Et l’expression « Iazik da Kieva davidiot ! », ce qui signifie, « la maîtrise de la langue  t’amènera à Kiev » en est la  preuve. Pravda ! (Bien vrai !).

Repost 0
Published by worldwidepress - dans Ukraine
commenter cet article
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 18:51

47 millions d’habitants, une population majoritairement féminine et un marché à fort potentiel pour les fabricants de lingerie et de prêt-à-porter. C’est ainsi que se présentait l’Ukraine au début des années 2000. Les Ukrainiennes vouent un culte particulier de la beauté. Elles sont prêtes à consacrer une bonne partie de leur budget pour s’offrir de belles lingeries. Quant aux hommes, Saint Valentin ou pas, ils accordent une grande importance aux « Dessous » de leur belle et n’hésitent pas à pousser les portes des magasins de lingerie pour offrir à leur trésor un bel écrin. Il faut dire qu’en Ukraine, la lingerie rime non pas avec érotisme, comme souvent en Europe, mais avec esthétisme.

 

Ce marché s’annonçait prospère et prometteur. Toutes les marques internationales se le disputaient. De plus, la Révolution Orange par l’optimisme qu’elle avait dégagé, avait relancé la consommation. Quelle aubaine pour la lingère française qui était en quête de nouveaux débouchés.

 

Ainsi, fin 2003, elle décide d’investir ce nouveau créneau. En quelques mois, son carnet de commandes fut bien rempli. Outre l’aspect financier, l’accueil chaleureux des Ukrainiens dynamisait également  ses ambitions, le « business » sur ce marché se faisant dans un climat amical.

 

Fin 2008, la crise mondiale n’a pas épargné « l’Eldorado », ni la lingère. Ce krach mit fin à de longs mois de prospérité. L’affaire de la lingère ne tenait plus qu’à un string qui finit par céder et la contraint à prendre la douloureuse décision de se retirer. Les « Oranges » dorées  de la Révolution ukrainienne avaient perdu leur éclat. La lingère finit par rentrer chez elle avec ses dentelles et ses rubans qui avaient pris des allures de chiffons poussiéreux, « l’esthétisme » était devenu hideux et la lingère « détramée ».

Repost 0
Published by worldwidepress - dans Ukraine
commenter cet article

Du Terrain, De L'info, Le Webzine.....

  • : WorldWidePress
  •  WorldWidePress
  • : Worldwidepress est un blog d'informations géopolitiques, économiques et socio-culturelles. Dans un langage simple et par des articles et dossiers illustrés, il aborde divers sujets tels que les droits de l'homme, la liberté d'expression, les Etats en transition démocratique et des questions sur les minorités à travers le monde.
  • Contact

Traductions

Flag_of_the_United_Kingdom.svg.png

Flag_of_Russia.svg.png

Recherche