Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 18:51

"L'Homme n'est pas le seul animal qui pense mais il est le seul qui pense qu'il n'est pas un animal" Pascal Picq, Paléoanthropologue 


Repost 0
Published by worldwidepress - dans Inde
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 09:29

logo.jpg

 

 

Spreading peace, on two wheels by Yunus Y. Lasania

HYDERABAD,

Gyanendra Singh from Uttarakhand, who made a pit stop in Hyderabad as part of his pan-India cycle tour to spread peace through awareness on crime. - Photo: K. Ramesh Babu

 

HY04GYANENDRA 1708455eA maths tuition teacher from Uttarakhand, Gyanendra Singh is on a 10,000-kilometre tour of various cities to spread world peace

How far can one go to spread the message of world peace? How’s 20,000 kilometres for an answer? The story of 43-year-old Gyanendra Singh from Uttarakhand is one that makes even the best efforts by marathon cyclists appear pale.


On April 29, 2013, the mathematics tuition teacher set out to complete a 10,000 km-plus cycling tour – his fifth such – to educate youth on the importance of controlling crime. In the past seven months, Singh has covered more than 5,200 km.


“I will cross 15-20 States during my current expedition and traverse major cities like Chennai, Mumbai, Hyderabad and others,” says Singh, who hails from Kundeshwari village in Uttarakhand.


During his previous four cycling expeditions, Singh clocked a total of 14,775 km, spanning different north-Indian States. In his last tour – from March 21 to July 26 in 2012 – he toured eight northern States on his bicycle. In the current journey, he has been to Madurai, Kanyakumari, Udupi, Sringeri, Mysore and other cities where he delivered lectures in schools and colleges to spread his message of world peace.


“After Hyderabad, I will go to Pune, Ralegaon, Mumbai, Nagpur, Kolkata, Patna, New Delhi, Dehradun and then get back to Ramnagar,” he explained.


For his services, he has received certificates of appreciation from a great many educational institutions and had also been gifted a cycle by Hercules Bicycles.


And what does his family have to say about his tours?

“They don’t understand what I am trying to do, but they don’t say anything. Since I am unmarried, it is easier for me to go whenever I want to,” Singh says.

Repost 0
Published by worldwidepress - dans Inde
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 16:52

 

 L’Inde vient tout juste de recriminaliser l’homosexualité. Quatre ans après la suspension de la loi anti-gay indienne, un juge de la Cour suprême vient de nous faire reculer de dizaines d’années. Toutes les personnes lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT) en Inde risquent désormais l’emprisonnement, le chantage ou bien pire encore.

La longue lutte menée par les militants indiens se poursuivra. C’est un moment terrifiant pour tous les Indiens ainsi que pour les membres d’All Out en Inde. Mais des journées comme celles-ci sont faites pour se rassembler : de l’espoir et de la force, nous en avons à foison !

Les membres d'All Out en Inde et dans le monde sont en train d'envoyer des messages de soutien aux indiens qui défendent l'égalité. Tous ceux qui liront nos messages comprendront qu’ils ne sont pas seuls. 

Ajoutez votre signature maintenant :


http://www.allout.org/fr/india


L’Inde représente 17 % de la population mondiale. Ce sont donc des millions de personnes qui viennent de se faire dérober leurs droits. Dans les manifestations, nous avons entendu des mots d’espoir et de défi : "Ladenge, Jeetenge". Cela veut dire "nous allons nous battre, nous allons gagner".


Les groupes de militants sur place se battent depuis des années au sein du système juridique indien mais le combat est loin d’être terminé. Il est encore possible de faire appel de cette décision de justice. Le Parlement pourrait même choisir d’abroger purement et simplement la loi contre l’homosexualité.


Le chemin à suivre est incertain. Et dans les moments d’incertitude, un mouvement de solidarité mondial peut être suffisant pour redonner force et courage pour continuer. Par exemple, beaucoup de membres russes d’All Out, qui doivent affronter une nouvelle loi anti-gay, confient que nos messages de soutien et d’amitié du monde entier les aident à continuer.


C’est simple et rapide d'ajouter votre nom ici :
http://www.allout.org/fr/india


Merci de faire partie du mouvement,

Andre, Daniel, Guillaume, Hayley, Jeremy, Marie, Marie-Marguerite, Mike, Sara et toute l’équipe d’All Out.

PS : Quand le monde semble reculer, savoir que l'on est pas seul peut tout changer. Ensemble, nous formons le mouvement All Out, partout dans le monde. Ajoutez votre nom maintenant pour l'Inde: http://www.allout.org/fr/india

PPS : Connaissez-vous un groupe LGBT indien qui serait lui aussi heureux de recevoir des milliers de messages de soutien de la part de membres d’All Out en Inde et dans le monde entier ? Envoyez un e-mail à Daniel à l’adresse info@allout.org.

POUR EN SAVOIR PLUS :

En Inde, la justice maintient une loi vieille de 153 ans pénalisant l’homosexualité – Le Monde, 12 décembre 2013


http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/12/11/inde-la-justice-confirme-la-loi-penalisant-l-homosexualite_3528977_3216.html

La Cour suprême indienne recriminalise l’homosexualité – Le Devoir, 11 décembre 2013
http://www.ledevoir.com/opinion/blogues/l-inde-dans-tous-ses-etats/394893/la-cour-supreme-indienne-re-criminalise-l-homosexualite

Suresh Kumar Kaushal contre Naz Foundation – Décision de la Cour suprême indienne (en anglais)
http://orinam.net/377/wp-content/uploads/2013/12/Naz-judgement-SC.pdf

Soutenez All Out 

Nous n'acceptons pas d'argent de la part des gouvernements et des entreprises, ce qui nous permet de rester indépendants. Grâce à notre équipe réduite, nous sommes certains que cet argent est utilisé à bon escient.

Faites un don

All Out mobilise des millions de personnes pour construire un monde où chacun est libre d’être et d’aimer selon son cœur, sans sacrifier sa famille, sa liberté, sa sécurité ou sa dignité.

Ceci est une campagne de la Purpose Action, une organisation à but non lucratif de statut américain 501(c)(4).

Notre adresse :
Purpose Action
115 Fifth Avenue
New York, NY 10003
USA

Copyright © 2013 AllOut.org, All rights reserved.

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

 


Repost 0
Published by worldwidepress - dans Inde
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 21:13

 

  L’Inde, près de 1.5 milliards d’âme, une société multiethnique, plurilinguistique et pluriconfessionnelle (majoritairement hindouiste), un pays en plein développement économique. Et pourtant depuis des décennies, « la plus grande démocratie du monde » est le théâtre de tous les crimes dont seule l’espèce humaine a la signature : assassinats, attentats, corruption, extorsions, scandales politiques, actes de barbarie tels que des pogromes contre la communauté musulmane et les viols odieux largement médiatisés au cours de ces derniers mois.

 

D’Ahmedabad à Dehradhun, de Chennai (Madras) à Bombay, la population s’offusque devant l’inertie du gouvernement indien bien trop affairé à se débattre dans les filets de machinations qu’il a lui-même mises en place et dont il lui est difficile de s’extraire à présent : un « curry de crabes » qui commence sérieusement à monter au nez des Indiens.

 

India against Crime (L’Inde contre le crime)

 

Copy-of-gyani7-copie-2.jpgGyanendra Singh est un travailleur social de 43 ans et un petit agriculteur du  village de Kashipur, dans l’Etat de l’Uttarakhand, au nord du pays, haut lieu de l’hindouisme, avec ses temples millénaires,  surnommé d’ailleurs « terre des dieux » ou « pays des collines » (anciennement état de l’Uttaranchal jusqu’en 2006), à la frontière du Népal (au nord-est) et du Tibet (au sud-est), état recouvert par les montagnes de l’Himalaya.

 

Tout commence en 2002, lors des affrontements dans l’état du Gujurat (nord ouest de l’Inde) opposant Hindous et Musulmans. 

Cette crise remonte à l’année 1992 quand la mosquée de Babri Masjid, à Ayodhya, en Uttra Pradesh (nord de l’Inde), érigée sous l’Empire Monghol (XVIème), fut rasée par des groupes nationalistes hindous. En effet, à la place de cette mosquée se trouvait les ruines d’un temple qui aurait été le « berceau » du dieu Rama .

Le 27 février 2002, le train, le Sabarmati Express ramenait de Faizabad (district d’Ayodhya), des nationalistes hindous qui revenaient d’Ayodhya où ils s’étaient rendus pour la construction d’un nouveau temple dédié à Rama. Un incendie se déclara dans un wagon et provoqua la mort de 57 hindous, dont 25 femmes et 14 enfants. S’en suivit un déferlement de violence qui, à la différence des conflits précédents, mit en évidence  l’ampleur de l’implication des acteurs politiques et du gouvernement du Gujurat  issus du Bharatiya Janata Party (BJP),le Parti du peuple indien (parti nationaliste hindouiste). Pendant trois mois, dans les villes mais également chez les populations aborigènes, complètement conditionnées par des réseaux militants nationalistes, les Indiens assistèrent derrière leur écran de télévision à une véritable guerre sainte : « Hindutva » (hindouïté, indianité ) contre Jihadisme. Bilan : 2000 morts, la plupart musulmans.

.

En regardant les images sanglantes qui défilent sur son petit écran, Gyanendra réalise rapidement que ce « carnage » est bien la conséquence des machinations politiques du gouvernement ultranationaliste de l’état du Gujurat dont le comportement ne relève pas  de l’éducation de « Mother India ».

 

Fin février 2002, le « Pahari » (homme des collines) enfourche son vélo et part en mission pour une longue campagne de plusieurs mois contre le crime, les pogromes, la corruption…Il effectue 3000 kms de Kashipura à Dehli, périple durant lequel il donne des conférences dans des lycées, collèges et universités afin que les plus jeunes comprennent le drame qu’est en train de subir le « Swades » (notre peuple en Hindi)

 

 

 

Shri Gyanendra Singh réitère en 2008, 2011, et 2012inde_5-ITINERAIRE-copie-2.jpg et enfin, en 2013 où il prévoit un parcours de 8000 kms. Parti de Rameshwaram, sur l’Île de Pamban (50 kms de l’île de Mannar, Sri Lanka), Etat du Tamil Nadu, le 29 avril, après avoir bravé la chaleur torride et les pluies torrentielles de la mousson 2013, très précoce et meurtrière cette année, notamment dans l’état de l’Uttarakhand, dont il est originaire et où les inondations et éboulements ont provoqué la mort de 6000 personnes entre juin et juillet, il vient d’arriver à Bangalore, état du Karnataka, dans le sud de l’Inde. Il a bien une pensée pour sa famille qu’il a laissée en Uttarakhand, zone sinistrée, et dont il n’a pas de nouvelles. Il pourrait les appeler mais par crainte d’être perturbé et de devoir interrompre sa mission, il ne le fait pas. Durant cette expédition, sous l’œil bienveillant de Vishnu*,  le patriote à bicyclette traverse villages, hameaux et est hébergé dans des temples, des ashrams ou chez des particuliers qui lui ouvrent facilement leur porte. Il compte poursuivre sa route jusqu’à Ramnagar, grande agglomération de l’Uttarakhand. Il aura parcouru 15 000 kms au cours de ces différentes missions et toujours avec la même détermination. Namaskar* !

 

« Say enough to all that is wrong » : Stop à l’Injustice

 

mallika-png-1.pngMallika Sarabhai, danseuse, chorégraphe et activiste, vit justement dans cet état du Gujurat, tristement réputé pour ses violences intercommunautaires (de 1970 à 2002, le Gujurat a connu 443 émeutes entre hindous et musulmans faisant chaque fois des centaines de victimes.)

 

Fille d’une mère danseuse et d’un père chercheur dans l’aérospatiale, Mallika se lance dés 1984 dans l’activisme alors qu’elle conteste l’élection de Rajiv Gandhi, nommé premier ministre quelques heures après l’assassinat de sa mère, Indira Gandhi, perpétré par deux des gardes du corps sikhs.

 

En 2009, Madame Sarabhai annonce sa candidature contre le parti nationaliste hindouiste BJP. Candidate indépendante, sa démarche est basée sur le seul principe du Satyagraha, « principe de la non violence par  la désobéissance civile» instaurée par le  « Mahâtma » (Grand Sage) Gandhi.

 

Mais, c’est surtout à travers l’art, sous toutes ses formes, traditionnel ou improvisé, que Mallika atteint les gens avec des messages aussi variés que la nécessité de plannings familiaux en Inde, la lutte contre les violences intercommunautaires et leurs conséquences, la protection des petites filles, la lutte contre la pauvreté, l’absurdité du dowry (dot imposée aux femmes avant le mariage), la calamité des viols qui ont lieu toutes les trois minutes sur le sous-continent et bien d’autres combats.

 

D’ailleurs, la belle « bayadère » a  l’art de faire passer ses messages à coup de….ballet,mallika-2.jpg notamment même si Mallika se décrit  davantage  comme une « communicante » qu’une danseuse. Outre ces apparitions dans le cinéma indien, elle a reçu la distinction de « Chevalier des Palmes Académiques » en 1999 décernée par le gouvernement français qui la nomma en 2002 « Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres ».

 

 « Nous, le peuple… », Mallika et Gyanendra et tous les autres « appellent tous les peuples au refus de la violence et de la barbarie, au refus de l’indifférence envers les plus vulnérables, au refus de la haine » afin que notre monde engendre des « milliardaires de la paix ».


 

 

 

Chantal DOUPEUX

 

 


*Namaskar : « salutation »

* Vishnu : Dieu de la stabilité du monde, protecteur des humains

 

                                                                                                              

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by worldwidepress - dans Inde
commenter cet article

Du Terrain, De L'info, Le Webzine.....

  • : WorldWidePress
  •  WorldWidePress
  • : Worldwidepress est un blog d'informations géopolitiques, économiques et socio-culturelles. Dans un langage simple et par des articles et dossiers illustrés, il aborde divers sujets tels que les droits de l'homme, la liberté d'expression, les Etats en transition démocratique et des questions sur les minorités à travers le monde.
  • Contact

Traductions

Flag_of_the_United_Kingdom.svg.png

Flag_of_Russia.svg.png

Recherche