Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 00:00

moldova-mapSituée en Europe du Sud-Est, la République de Moldavie ou Moldova, avec ses 4 millions d’habitants, 34 000 km² (soit l’équivalent de la Belgique) est enclavée entre la Roumanie à l’Ouest, et par l’Ukraine au Nord, à l’Est et au Sud.

 

« Pays de balades et de légendes », la République de Moldavie offre de nombreux attraits touristiques, culturels, artistiques et gastronomiques nous ramenant ainsi à des temps très anciens et nous rappelant par ses cultures et traditions actuelles l’héritage de vieilles civilisations, telles que les Scythes venus des steppes d’Asie centrale, les Thraces, les Geto-Daces, les Romains, les Daco-romains, les Magyars, les Saxons et l’influence de la « Sublime Porte » dés le XIVème siècle ainsi que celle de l’Empire russe dés le XVIIème de même que son passé au sein de l’Union soviétique.

 

Très tôt, Hérodote, Ptolémée, Strabon et autres chroniqueurs russes, hongrois, polonais ont au fil des siècles dressé un portrait sur les particularités géographiques, historiques et culturelles de ce petit pays et de ses Hommes.

 

Essentiellement rurale, la République de Moldavie, indépendante depuis 1991 suite à l’effondrement du blocDSCF0047-copie-1 soviétique comprend également «l’Unité Territoriale de Gagaouzie » (Minorités turcophones chrétiennes) et - « la République Moldave du Dniestr » (Transnistrie), autoproclamée indépendante mais non reconnue par la communauté internationale ( minorités slaves russophones).

 

 

Outre la légendaire hospitalité des Moldaves, la diversité de ses paysages , l’aspect géomorphologique de son territoire (Codru, les steppes des plaines du Dniestr), ses fleuves et ses lacs, le « culte de la vigne », ses « trésors » archéologiques et historiques, ses traditions multiculturelles et enfin, ses parcs naturels tels que Vadul Lu Voda font de la République de Moldavie une destination certes insolite et inconnue des Tours Opérateurs mais une escale enrichissante et passionnante qui saura éveiller la curiosité des amateurs d’authenticité, d’histoire, de culture, notamment dans la compréhension de la formation des peuples indo-européens et de notre civilisation européenne actuelle.

 

 

 

Un Guide du Patrimoine Historique et Culturel de la République de Moldavie : Un Projet audacieux

 

REPUBLIQUE DE MOLDAVIE - P1Chantal Doupeux, chef de projet pour la rédaction d'un « Guide du Patrimoine Historique et Culturel de la République de Moldavie » découvre cette petite République en 2010. Elle a passé plusieurs années en Ukraine où elle a rencontré de nombreux Moldaves.. Pour Chantal, d’origine auvergnate, la République de Moldavie et l’Ukraine sont ses deux autres « Heimat ». Elle connaît bien le monde rural et les difficultés auxquelles les populations sont confrontées. Elle découvre chez les Moldaves des affinités qui l’ont incitée à monter ce projet de création d’un « Guide sur le Patrimoine Historique et Culturel de la République de Moldavie » parce que « ce petit Etat est digne d'intérêts. La "Moldova" (République de Moldavie) offre tant de trésors archéologiques, historiques et culturels, sans compter l’hospitalité légendaire de ce peuple qui attribuent à cette République un cachet d’authenticité, de curiosité, un brin de magie. Cet Etat suscite passions, interrogations et réflexions. Tous ceux qui ont visité la République de Moldavie pourront témoigner des forts liens d'amitiés qui peuvent se tisser".

 

Pourtant, lorsqu’elle a préparé son voyage en Moldavie en 2010, on lui avait beaucoup parlé de la francophonie. En vain, toute la documentation en sa possession était en russe, roumain ou en allemand. Le seul article positif francophone à travers ses recherches fut celui d’Oliver Perrin, Chef d’édition au journal « Le temps » en Suisse qui date de 2006 « Osez la Moldavie ». Olivier Perrin avait su présenter cette jeune République sans fard mais avec une réelle objectivité et un  optimisme fondé en la « dessinant » avec ses traits d'authencité et de sympathie.

 

  Le Contenu du Projet

 

Une première partie sera destinée d’une part à comprendre  la Moldavie et présentera le Patrimoine Historique et culturel de ce petit état, dont  :

 

 

Les Trésors  archéologiques  -   La Culture des Cucuténi-Trypilie, Une culture remarquable

 

716px-CuTryOutline.svgCette culture évolua entre 5500 ans et 2750 ans avant JC . Elle s’étendait sur 350 000 km² des Carpates, du Dniestr au Dniepr (Ukraine). A son apogée, la culture Cucuteni-Tripolie avait la capacité de construire des cités de plus de 15 000 âmes.

 

Cucuteni est un village de Roumanie situé dans la région de Iasi (Nord-Est de la Roumanie). C’est sur ce site qu’un chercheur, Teodor Buruda découvrit en 1884 divers fragments de poterie et de céramique en fouillant un « Tell » (petite colline). Quelques années plus tard, en 1887, l’archéologue tchèque Vicenty Khvoika réalisa des fouilles à Trypilie en Ukraine, dans la région de Kiev et mit au jour des objets aux caractéristiques similaires à ceux découverts à Cucuténi en Roumanie. Ces deux sites appartenaient donc bien à la même culture archéologique connue à présent sous l’appellation Cucuteni-Trypilie.

 

Un des aspects les plus intrigants de cette culture est que les membres de ces cités brûlaient leur habitation cucuteni-village.JPGtous les 10 ou 20 ans pour reconstruire de nouvelles habitations sur les gravats tout en respectant la même orientation (dans la reconstruction) que précédemment. Si bien que cette accumulation de gravats, au fil des siècles, parvenait à former des petites collines appelées « Tell », terme d’origine arabe. Selon certains chercheurs, cette pratique était due à ce que les membres de cette communauté considéraient que chaque maison symbolisait une entité vivante et avait un cycle de vie : de la mort à la renaissance.

 

Cette culture aurait été anéantie par les invasions de tribus indo-européennes venant des steppes de Russie ou du Kazakhstan au début de 2500 avant JC. Cette théorie reste cependant un sujet à controverses.424px-HourglassDeityCucuteni

 

cucuténi faceSur le plan technologique, la culture Cucuteni-Trypilie aurait été l’une des sociétés les plus avancées au monde maîtrisant les techniques du tissage, de la confection de céramiques et poteries finement décorées, la production d’outils et d’armes (de chasse) ainsi que l’extraction du sel à l’aide de technique sophistiquée, telle que le briquetage, de même que les techniques de construction et les méthodes d’élevage et d’agriculture.

 

L'Art populaire :

 

Le savoir-faire artistique notamment dans le tissage de tapis, la poterie, la taille du bois et de la pierre remonte à des temps trés anciens. Simplement, en "Moldova", la plupart de ces techniques et "tours de mains" ont ététaillle de la pierre transmis aux différentes générations à la différence  d'autres pays qui actuellement essaient de réacquérir cette partie de leur  patrimoine abandonnée dans les méandres de la production et de la consommation de masse . Equilibre des formes et des proportions dans le modelage des poteries en céramique, la sculpture de la pierre et du bois, matériaux nobles, le goût de l'esthétisme et de l'embellisement font partie de l'âme moldave. Couleurs, formes, façonnages assortis d'une touche de tapis.jpgspiritualité et l'héritage de ses nombreux peuples qui ont floué le sol de la République de Moldavie sont à interpréter telles des symphonies indissociables des unes et des autres, nous menant à un véritable concert associant savoir-faire et traditions, dont les chefs d'orchestre sont l'authenticité, la passion et la tradition.

 

 

 

Les Repère Médiévaux :

 

A laICONE.jpg différence d'autres peuples chrétiens (Arméniens, Russes..), les Roumains de Moldava, de Valachie et deeglise-bois-1.jpg Trans ylvanie n'ont pas de date chronologiquement exacte qui marquerait le passage au christianisme. La fondation des Etats féodaux se produit dans un milieu déjà christianisé, quand le début de  l'orthodoxie byzantine et le catholicisme occidental se "confrontent". Les repères médiévaux, tels les églises en bois, les miniatures et l'icône démontrent bien l'influence byzantine paléologue qui influença non seulement l'architecture, l'iconographie et la peinture murale de la Moldova médiévale.

 

 

L'architecture religieuse et laïque du XIXè et début du XXè siècle :

 

Alexandre Bernadazzi ou  Aleksander Osipovich Bernardazzi (1831-1907), d'origine suisse-Italienne, de nationalité  russe joua un rôle très particulier dans l'architecture à Chisinau ainsi qu'à Odessa en Ukraine. Il

est l'architecte de 30 édifices  religieux ou laïques dans lesquels il utilisa largement des procédés et éléments spécifiques à l'architecture italienne, byzantine et russe : dont la chapelle de A. Nevski d'Ungheni en 1905ungehni église et "l'hôtel de ville de Chisinau". 

 

mairie de chisinauIl faut surtout noter que la période du XIXè siècle eut un rôle très néfaste dans le patrimoine de la Moldova. Les guerres russo-turques déclanchées au XVIIIè siècle continuèrent le siècle suivant et ensuite, il y eut la période soviétique pendant laquelle l'expression artistique et spirituelle fut largement censurée et détruite ou alors adaptée aux tendances politiques de l'époque.

 

 

 L’Art Plastique moderne et contemporain furent vraiment affectés par cette ére privée d "oxygène artistiquesculpture et expressive" que connut la "Moldova", de la Bessarabie et à la RSSM (République Soviétique Socialiste Moldave).tableau-couverture.jpg On fonda à Chisinau, en 1918, l'Ecole des Beaux-Arts, pour devenir en 1921, "La société des Beaux-Arts de Bessarabie". En même temps, les artistes ont plus de possibilités pour parfaire leur maîtrise  dans les pays de l'Occident. On voit ainsi apparaître des "Impressionnistes", des "Cubistes" qui auraient pu être ou des "Picasso des Carpates"  ou des Antoine-Louis Barye dans certains styles exprimés, notamment le romantisme. Mais, il en existe bien d'autres que l'on pourrait nommer.

 

Le Culte de la Vigne :

 

cricovaUn climat propice à la culture de la vigne, un sol fertile, la viticulture en Moldavie est une tradition ancestrale. La qualité des  vins moldaves pourrait faire pâlir certains producteurs français. Les Moldaves ont même obtenu des médailles d’or  lors de salons internationaux. Au XIXèmDSCF0020-copie-1e siècle, la Moldavie fournissait également la cour royale en Grande Bretagne .Pendant la période soviétique, la RSSM était la « cave » de l’URSS..Youri Gagarine , le célèbre astronaute soviétique, d’ailleurs l’avait bien compris quand arrivé dans l’espace, il avait distingué un petit pays en forme de grappe de raisin sur la planète bleue. Ca n’a pas échappé à M.Poutine non plus, bien que sobre, qui avait souhaité fêter son  50ème anniversaire dans les caves de Cricova.

 
Les symboles historiques et emblématiques :  

 

etienne le grandEtienne Le Grand ou Stefan Cel Mar (1457-1504) Au XIVème siècle, après la chute de Constantinople, l’Empire Ottoman a déjà investi les Balkans (Serbie et Bulgarie). Le prince Etienne le Grand oppose pendant 47 ans une farouche résistance face aux Turcs afin de conserver la souveraineté de la Principauté de Moldavie et protéger son peuple contre « l’ottomanisation ». . En 1992, Etienne le Grand fut sanctifé par l’église orthodoxe roumaine et appelé Champion du Christ par le Pape….

 

 

 

et un fort symbole culturel : Mihai Eminescu

 

Né en Principauté de Moldavie, Mihai Eminescu (1850-1889), poète romantique, journaliste et écrivain estEminescu considéré comme le « parrain de la langue roumaine », un « trait d’union » reliant tous les roumanophones de Roumanie, de la République de Moldavie et de l’ensemble de la diaspora. Très jeune, M. Eminescu se fait remarquer par ses talents et publiera de nombreuses œuvres, notamment sur l’amour, la nature. Pendant ses études à Vienne et à Berlin, il travaille comme journaliste pour le quotidien « Albina » et dénonce le problème des minorités et des Roumains au sein de l’Empire austro-hongrois. Un peu plus tard, en 1883, il sera éditeur en chef au journal « Timpul » (le Temps). 

 

« Le Patrimoine du Nord au Sud » sera la deuxième partie de ce projet  et permettra  de faire découvrir à tout visiteur les  différents sites, monuments, édifices "témoins" des informations et explications exposées en première partie. Une carte pratique sera d’ailleurs insérée à ce guide

 

Enfin, une parenthèse sera accordée à la francophonie  en Moldavie, une tradition qui prit naissance déjà à l'époque de la Principauté de Moldavie. La langue française resta pendant des générations la  plus étudiée et de nombreux francophones, Français et Suisses (« Les Russes de Vevey » au XIXè) ont d'ailleurs laissé leurs empreintes sur ce territoire

 

Projet audacieux, fastidieux que Chantal a déjà présenté à Genève le 17 mars dernier lors du premier atelier de printemps de l'association Eminescu (association regroupant la communauté moldaves et roumains en Suise).Mais apparemment, Chantal est déterminée malgré tous les obstacles qui souvent amèneraient à abandonner. Elle avoue certes qu’elle est confrontée à de nombreux problèmes pour monter ce projet : le financement, la création d’une équipe. Elle compte sur la diaspora en Europe, l’Académie des Sciences de Chisinau et le Ministère de la Culture en République de Moldavie avec qui elle collabore malgré les dissensions politiques. Elle ira même en Belgique présenter son projet et publiera des articles/nouvelles sur toutes les zones francophones. Cette motivation est bien le résultat des affinités et amitiés qu’elle a liées dans cette petite République. Selon elle, « cette passion pourrait bien être contagieuse ».

 

Chantal Doupeux (Photo ci-dessous à gauche) cherche des appuis financiers : « souscripteurs », sponcors, subventions de Bruxelles et cd-1.jpgdes régions, dont Rhône-Alpes alors que la ville de Chisinau (capitale de la République de Moldavie) est jumelée avec Grenoble depuis 1977.., dons particuliers… La République de Moldavie de même que son patrimoine méritent d’être connus. De plus, après de longues années de problèmes de gouvernance consécutifs à une constitution non adaptée aux réalités du pays et qui ont laissé la Moldova en « Stand by » (sur le plan international et diplomatique) avec un président intérimaire pendant 3 longues années, le 16 mars 2012, cet Etat (sans traditions démocratiques) a fini par nommer son Président : Nicolae Timofti, magistrat, sans étiquette politique et qui espérons donnera une nouvelle vigueur et image à ce petit pays.                 

 

      

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by worldwidepress - dans Moldavie
commenter cet article

commentaires

Du Terrain, De L'info, Le Webzine.....

  • : WorldWidePress
  •  WorldWidePress
  • : Worldwidepress est un blog d'informations géopolitiques, économiques et socio-culturelles. Dans un langage simple et par des articles et dossiers illustrés, il aborde divers sujets tels que les droits de l'homme, la liberté d'expression, les Etats en transition démocratique et des questions sur les minorités à travers le monde.
  • Contact

Traductions

Flag_of_the_United_Kingdom.svg.png

Flag_of_Russia.svg.png

Recherche