Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 08:19

La situation économique et politique de l’Ukraine depuis l’effondrement de  l’URSS et ensuite  son passage à l’économie de marché, n’a certainement pas  fait de ce pays un « welfare state ». Par contre,  la fertilité de son sol mondialement connue sous  le terme de « Tchernosium » ainsi que son ouverture sur les « mers chaudes » lui offrent un potentiel exceptionnel qui lui donnerait la capacité de se passer de toute assistance extérieure si elle n’était pas contrainte de vendre son âme au diable.

 

En effet, depuis son indépendance, l’Ukraine est si ce n’est pas dire assiégée par d’innombrables « ONG » ainsi que de nombreux investisseurs douteux venus de tous les continents pour lui porter « secours ». Il est vrai que dés ses  premiers pas dans la vie vers la démocratie, elle a eu besoin de soutien financier et humanitaire, la période soviétique ayant laissé un chantier économique et social désastreux..

 

Mais, l’Ukraine, malgré ses apparences vulnérables et les différentes  « galères » qu’elle a pu traverser, notamment "l’Holodomor" (génocide) en 1932/33, famine provoquée par les délires de Staline qui a fait entre 3 à 5 millions de morts, les brimades de  l’administration soviétique, l’empoisonnement par « l’atome » lors de la catastrophe de Tchernobyl, et une « révolution orange » ratée, elle a su préserver ses enfants et les adapter à toute épreuve.

 

L’histoire se répète souvent. Massacrée par des hordes de barbares en des temps plus anciens,  colonisée, soviétisée, malmenée, l’Ukraine résiste grâce  à son peuple qui sait garder la tête haute et sait faire  la différence entre  la  charité et la nécessité. Selon un sociologue,  Oleg Pypenko, les actions des ONG furent un certain temps salutaires mais à présent, leurs actions deviennent de  faux prétextes pour « imposer leur  dictature  et mettre  une infime partie de  la population en état de dépendance » (sic). D’un autre côté, « tendre la main, ce n’est pas tendre la joue » selon le sociologue. « Il suffirait de responsabiliser cette catégorie de la population en état d’indigence, en lui imposant une petite participation de  quelques kopeks lors de la distribution de  biens, même si on sait que  certains ne peuvent pas ». « L’Ukraine n’est pas  la Somalie ! Et loin de là ! ».

 

Toujours, selon Oleg, « en donnant constamment gratuitement, n’est-ce pas soudoyer une population afin de lui imposer « a way of life » à l’occidental ? ». Et aussi, « ce n’est pas parce que vous avez des aides sociales, telles que le RMI en France, que cette politique est adaptée à l’Ukraine ! ». Les Ukrainiens ont largement la capacité de s’assumer même si tout de même l’argent reste le nerf de  la guerre. Il existe en Ukraine une solidarité indélébile qui n’existe pas ailleurs.

 

D’autre part, cette ingérence étrangère si bien au point de vue économique qu’humanitaire, « accentue nos problèmes de coordination nationale ».

 

En ce qui concerne le potentiel économique de  l’Ukraine, Oleg Pypenko déplore que son pays est encore victime de  pillages notamment par l’intervention d’investisseurs mafieux sur certains sites, tels que l’exploitation des produits de la mer, cad, le caviar de  la Mer d’Azov et la Mer Noire. « Quand ils ne parviennent plus à faire leur « beurre » sur la Mer Caspienne car à présent, la législation dans ce domaine est devenue très rigide mais aussi parce que les  tendances du marché ont évolué, notamment par des  commandes importantes de la part de pays émergents tels que  l’Arabie Saoudite par exemple, ils n’ont pas d’autres choix que de s’en remettre à des réseaux mafieux sur la Mer d’Azov, site protégé. » Outre cela, il y a aussi les investissements dans l’immobilier. Même si un étranger  ne peut pas devenir propriétaire, il aura toujours la possibilité de s’associer avec  des personnes  très peu scrupuleuses qui ont su profiter de l’ère de la privatisation post-soviétique et racheter des appartements à un prix modique pour les louer à prix forts !

 

Mais malgré les propos déplacés de Vladimir Poutine, prétendant que l’Ukraine est « un nouveau pays qui n’aurait jamais dû exister », l’Ukraine n’a pas perdu son âme. L’Ukraine n’a jamais  été un nouveau pays. Kiev fut la « capitale de toutes les   Russies » ! Et l’expression « Iazik da Kieva davidiot ! », ce qui signifie, « la maîtrise de la langue  t’amènera à Kiev » en est la  preuve. Pravda ! (Bien vrai !).

Partager cet article

Repost 0
Published by worldwidepress - dans Ukraine
commenter cet article

commentaires

Du Terrain, De L'info, Le Webzine.....

  • : WorldWidePress
  •  WorldWidePress
  • : Worldwidepress est un blog d'informations géopolitiques, économiques et socio-culturelles. Dans un langage simple et par des articles et dossiers illustrés, il aborde divers sujets tels que les droits de l'homme, la liberté d'expression, les Etats en transition démocratique et des questions sur les minorités à travers le monde.
  • Contact

Traductions

Flag_of_the_United_Kingdom.svg.png

Flag_of_Russia.svg.png

Recherche